Comment Construire dans une Zone Sismique ?

Vous avez acquis une grande parcelle sur laquelle vous comptez construire, mais malheureusement elle est située en pleine zone sismique ? Tout n’est pas perdu, car il existe des techniques qui permettent d’établir dans ces zones des bâtisses solides et résistantes aux aléas sismiques. Pour vous les expliquer, nous vous parlerons de la réglementation parasismique et des grands principes de construction parasismique.

La réglementation parasismique applicable aux bâtiments

Une construction parasismique est celle qui résiste aux ondes sismiques. En France, la réglementation parasismique est régie par Le code de l’environnement, le code de l’habitat et de la construction et l’Eurocode 8.

Réglementation française

Avant de se lancer dans la construction d’un bâtiment en zone sismique, renseignez-vous sur les lois à appliquer. Selon la réglementation parasismique consignée dans le code de l’environnement et le code de l’habitat et de la construction, la construction en zone sismique dépend de :

  • La nature de l’ouvrage qui dépend de sa typologie (ouvrage à risque normal et ouvrage à risque spécial) et de sa catégorie d’importance.
  • De sa localisation géographique qui indique sur quelle zone sismique elle est située.

Eurocode 8

La norme Eurocode 8 s’applique aux pays de la zone Euro pour les bâtiments à risque normal, ceux dont les conséquences après un séisme ne concernent que les occupants des bâtiments et leurs voisins. En plus de la zone de sismicité et de la nature de l’ouvrage, l’Eurocode 8 prend en compte la nature du sol.

Elle est déterminée sur les dix premiers mètres sous la surface du sol, et est très importante car elle influence grandement le comportement d’un bâtiment en cas de séisme. Selon l’Eurocode 8, l’on distingue cinq catégories de sol de la Classe A pour les sols très durs à la Classe E pour les sols mous.

Il est important de noter que les règles en ce qui concerne les constructions neuves et les bâtiments déjà existants sont différentes tant dans la réglementation française que dans l’Eurocode 8.

Les grands principes de construction parasismique

En fonction de toutes les données recueillies plus haut et toujours selon ces réglementations, les professionnels du bâtiment établiront des plans et feront usage des techniques et matériaux adaptés.

Implantation

Le choix de l’implantation du site se fait à la suite d’une étude géotechnique qui permettra de déterminer la nature du sol, les risques du terrain et les amplifications sismiques afin d’adapter la configuration du bâtiment. Consultez également le Plan de Prévention des Risques Sismiques de la Commune (PPRS) afin de protéger la bâtisse des aléas géologiques.

Architecture

Les éléments à prendre en compte pour les constructions parasismiques sont la forme en plan et en élévation qui doit être la plus compacte possible, on privilégiera alors les formes simples, symétriques et régulières. Afin de le régulariser, le bâtiment sera scindé en blocs homogènes reliés par des joints sismiques vides de tout matériau.

La reprise des efforts consistera à assurer le contreventement horizontal et vertical et créer des diaphragmes rigides à tous les niveaux du bâtiment qui limiteront les effets de torsion.

Mise en œuvre

Le choix des matériaux, une main d’œuvre qualifiée et un bon suivi de chantier doivent être de mise à cette étape. Veillez particulièrement aux éléments de connexion et à la fixation des éléments non structuraux.

Retour haut de page